Vous êtes ici : Accueil / Pratique / Inscription

Bibliothèque anglo-américaine

Infos pratiques

🚩12 Rue de France
     06000 Nice

Téléphone :
04 93 87 42 67

🕒 Horaires :
Du mardi au vendredi 10h - 11h, 15h - 17h
     samedi 10h - 11h
Fermé les dimanches, lundis et les jours fériés français

🚶 Accès :
bus-39488_640.png n°8: Grimaldi n°12 et 32 : Massenet
Tramway.jpg Ligne 1 : Massena  Ligne 2 : Jean Médecin
Vélos bleus6.png Station n°58 et 174


www.lignedazur.com   www.velobleu.org

www.nice-english-library.org

CATALOGUE DE LA BIBLIOTHEQUE

Catalogue en ligne:

Tout le catalogue de la bibliothèque

Catalogue Sudoc:
www.sudoc.abes.fr

Conditions de consultation

Consultation sur place sur rendez-vous

Pas de prêt de documents.

Renseignements bibliographiques

Par téléphone, par mail (library.in.nice@gmail.com), par courrier

Prêt entre bibliothèques

Photocopies (selon documents), fax, doc. numérisés.

Bibliothèque anglicane de Nice

📌 Bref historique :

A partir de l’année 1800 la population anglophone de la Côte d’Azur augmenta progressivement. Suite aux conseils des médecins et des écrivains qui ont décrit le climat doux de Nice, les familles fortunées sont arrivées avec leurs domestiques et précepteurs des   enfants, pour échapper aux rigueurs hivernales de leurs pays d’origine, la Grande Bretagne. Pour éduquer les enfants, les tuteurs avaient besoin des livres en anglais.

Habituellement, cette population avait choisi de rester sur La Côte pendant au moins plusieurs mois d’hiver. Afin d’assouvir les besoins d’une communauté exigeante qui cherchait tous les plaisirs, les marchandises et les denrées de leur propre pays, les commerçants ainsi que des professionnels libéraux se sont installés et évidemment, ce secteur de la population est resté toute l’année à Nice.  Au centre de cette communauté britannique était la petite église anglicane. De cette époque date la première collection de livres en anglais à Nice,  principalement de la religion protestante, don de Lady Sparrow.

Pendant cette période où Nice et la Côte d’Azur étaient de plus en plus convoités, la croissance de la congrégation de cette église était telle qu’il était nécessaire de bâtir une nouvelle construction pour remplacer un édifice beaucoup plus modeste qui avait rendu service pour la plupart de la première moitié du dix-neuvième siècle. La construction de la nouvelle église, Holy Trinity, arriva à son terme en 1862, un an plus tard, une salle paroissiale en style néo-gothique avec une bibliothèque étaient ajoutés, ouvrants sur la rue de France. (Malheureusement cette dernière était détruite afin de construire un immeuble en 1959).

La collection de la bibliothéque  également  grandit incluant des livres de tous genres, principalement éducatifs.  A cette époque-là, les livres ainsi que les journaux  en anglais étaient la seule source d’information, en offrant à leurs lecteurs les dernières nouvelles d’un monde en pleine évolution. Par ailleurs, vers 1870 les œuvres de romanciers et romancières étaient en train de devenir un genre de plus en plus recherché dans la Bibliothèque Anglaise de Nice.

Au début, la communauté anglophone avait partagé leurs livres d’une façon informelle et le Presbytère avait quelques livres religieux disponibles,  mais uniquement pour la congrégation. A partir de 1840, il y avait aussi une petite bibliothèque circulante, qui avait ajouté des titres à ceux de l’église. En 1864, notre bibliothèque actuelle (en absorbant la bibliothèque circulante) est  devenue la première bibliothèque anglaise dans le sud de la France, en tenant compte des penchants et besoins intellectuels d’artistes, hommes politiques, hommes d’affaires et résidants,  pour qui la langue anglaise était le lien commun. La bibliothèque avait le Consul Britannique  pour gestionnaire.

Tout a bien fonctionné jusqu'à La Deuxième Guerre Mondiale. La plupart de la population anglophone s’est enfuie et en 1943, la bibliothèque a fermé ces portes. En essayant de sauvegarder les livres les plus précieux, certains livres étaient apportés chez eux par les lecteurs et une quantité importante fût placée dans un  fourgon appartenant  au Consul Suisse, afin d’être mis en sécurité dans son pays. Apparemment, pour des raisons inconnues, cette livraison n’a jamais abouti et pendant plus de soixante-dix ans, personne ne savait où ces livres se trouvaient.   La bibliothéque officiellement re-ouvrit ses portes en 1948, en récupérant une partie de la collection d’origine, retournée par les lecteurs. Le bâtiment fut reconstruit en 1958-59.

Au printemps de 2018 la bibliothèque de Lyon a contacté le président de notre bibliothèque en l’informant qu’environ 2000 livres provenant de la Bibliothèque Anglo-Américaine de Nice avaient été découverts dans leur réserve. Suite à cet appel, le secrétaire était dépêché à Lyon afin de sélectionner à peu près 200 livres. L’Hôtel Busby aussi retrouva quelques caisses de livres des semaines plus tard. Dans les jours qui viennent, environ 240 livres reviendront de Lyon à leur propre maison - La Bibliothèque Anglo-Américaine de Nice.

Cette bibliothèque est la plus ancienne de Nice qui fonctionne au même endroit  -  au rue de France – où on trouve des livres en anglais, depuis  1822.



🔎 Les fonds :

Notre Bibliothèque a une sélection d’ouvrages uniquement en langue Anglaise.

La collection est orientée vers la lecture de loisir et non pour but de recherche scientifique ou littéraire. Les lecteurs sont en majorité des habitants de Nice et des environs, beaucoup de retraités, les nationalités sont très diverses. Suite aux événements politiques (Brexit) nous avons perdu une grande partie de nos lecteurs : des retraités Britanniques, qui sont repartis en Grande Bretagne, craignant la rupture de leurs couverture médicale et assurances.

Nous avons deux types d’abonnements : les « annuels » et les « temporaires ».

Les annuels paient une fois la caution ( 15E) et un abonnement de minimum 40E par an, pour prendre 2 livres à chaque visite,  ( ou 44E pour prendre 4 livres à la fois) -  ils peuvent changer les livres tous les jours ouvrables,  ou les garder 2-3 semaines. S’ils souhaitent arrêter  leur abonnement, on rembourse leur caution.

Les « temporaires » sont les touristes ou hivernants. Ils paient aussi la caution de 15E  et l’abonnement varie selon le longueur de leur séjour, de 12E  à 20E. On rembourse la caution à la fin de leur séjour, quand ils rapportent tous nos livres.

Nous avons exclusivement les livres, et les périodiques/journaux qui sont des dons de lecteurs ( Time Magazine, Spectator, New Yorker, Litterary Review, etc) nous n’avons plus de DVDs, depuis  l’arrivée de  Netflix en France, leur intérêt a disparu.  

Nos fonds sont relativement variés. Malheureusement, nous avons subi des  dégâts des eaux catastrophiques dans une de nos salles et nous avons été  obligés de jeter plusieurs milliers  d’ouvrages mouillés, la totalité de la salle a subi des eaux usées d’une rupture de canalisation. Donc pour le moment, nous ne savons pas le chiffre exact des ouvrages que nous possédons.  Nous avons eu plus de 24 000 livres, nous estimons qu’ il nous en restera moins de 19 000 au compte final et encore ce chiffre n’est qu’une estimation.