Vous êtes ici : Accueil / Pratique / Inscription

Le rock progressif

Visuel rock progressif.jpg

Le rock progressif, kézaco ?

Les musiciens de la mouvance rock n’ont certes pas attendu la naissance du genre dit progressif pour inventer, étonner, bouleverser les codes. Quel changement radical, par exemple, entre les débuts et la fin de la carrière des Beatles, quelle incroyable évolution en à peine dix années !

Ce n’est pourtant que vers 1967, avec les premiers titres utilisant un orchestre classique – Moody Blues – , proposant de longues suites en plusieurs mouvements - Procol Harum, Colosseum – ou encore faisant appel à une virtuosité jusque là inexistante dans ce domaine – The Nice -, que le rock s’émancipe réellement du format court couplet/refrain.

L’apparition des premiers synthétiseurs – Ah ! le Mellotron ! – jouera aussi un rôle considérable dans l’avènement du rock progressif.

En 1969, les premiers concerts du groupe King Crimson font beaucoup parler. Jimi Hendrix se dit impressionné, les membres de Genesis ou les Italiens de PFM y voient un exemple à suivre et vont s’empresser d’acquérir le fameux Mellotron…

In the court of the Crimson KingL’album que le groupe publie en octobre 69 – In the court of the Crimson King - va marquer les esprits et les spécialistes du genre s’accordent pour le considérer comme le premier d’un genre :

 Le rock progressif est né.

 Quelques années durant, les groupes « prog » vont rivaliser de compositions toujours plus complexes,  toujours plus virtuoses, structurant leurs compositions sur le modèle des musiques savantes.

 Imaginez qu’à l’époque, Yes, avec une musique qui n’a pas le souci de plaire au plus grand nombre,  remplit des stades, que leurs titres de 20 minutes sont régulièrement diffusés en radio… Close to the edge

 Imaginez qu’ils passent chaque année des semaines en studio, à peaufiner leur dernière œuvre !

 Vous comprenez pourquoi, à l’ère du capitalisme, à l’heure de la rentabilité immédiate, à l’heure où la publicité à la radio est constamment entrecoupée de chansons (!!!), les quelques groupes de rock progressif encore existants soient appelés des dinosaures…

Pourtant, le genre, qu’on pourrait croire moribond, continue de faire des émules, et continue d’avoir ses fans. Il a aussi ses ennemis. Dans une certaine presse, il ne fait pas bon afficher son admiration pour Jethro Tull ou Mike Oldfield. Encore moins pour Emerson, Lake and Palmer,Tarkus qui, c’est vrai, ont été de tous les excès : grandiloquence, shows démesurés, virtuosité ne laissant guère de place à l’émotion…

 Qu’on le veuille ou non, le rock progressif a fait souffler un salutaire vent de folie sur le rock et son influence, souvent inavouée, reste considérable.

Les indispensables

Tout voir

Navigation

Accueil musique.png Accueil cinéma.png

Sur Youtube

Approchez du Roi cramoisi

Sur l'agenda

Deux rencontres sont prévues à la bibliothèque Louis Nucéra :

Samedi 26 octobre à 16 h            Salon de musique, dans l'espace Musique & Vidéo

 Vendredi 8 novembre à 17 h      Conférence sur l’École de Canterbury, présentée par Aymeric Leroy dans l'auditorium Résultat de recherche d'images pour "aymeric leroy canterbury"

D'autres sélections

D'autres sélections musique & cinéma

affiche film noir site .png

Affiche serviteurs 2.png

Idiomes 2.png

Toutes nos sélections