Vous êtes ici : Accueil / Pratique / Inscription

L'épopée du cinéma chinois

     visuel réalisateurs chine2.jpg         

  Le premier film est projeté en Chine le 11 aôut 1896 à Shanghaï, grand port ouvert sur le monde à cette époque, puis à Pékin en 1902. A ses débuts le cinéma est citadin.

La première production connue date de 1905 avec 15 minutes de film sur l'opéra de Pekin. Le cinéma chinois est divisé en générations de cinéastes. Précisons que cette chronologie s'inscrit sur trois lieux : en Chine continentale, à Hong Kong et à Taïwan, et commence à exister au Tibet.

 1ère génération : 1905 - 1932 - Shanghaï  

C'est à Shanghaï que s'installent les premières sociétés de production. Les premiers films sont tirés des pièces  traditionnelles ou occidentalisantes du théâtre chinois. Les premiers réalisateurs parvenus jusqu'à nous sont :  Zhang Shichuan, Lin Minwei, Zheng Zhengqiu. Le premier long métrage connu date de 1913 intitulé Un couple malheureux.

 La production des années 1920 regroupe des films s'inspirant de la culture populaire (contes, légendes, opéras, historiques, arts martiaux ...) et des films inspirés par Hollywood (mélodrames, comédies, films d'amour).

En 1930 sort le premier film sonore, La cantatrice Hong. Canton (pour ses comédies populaires) et Pékin développent aussi des centres de production. Le cinéma prend une dominante sociale voulant promouvoir les idées progressistes, terreau de la 2ème génération. Sous les bombardements japonais, les cinéastes se réfugient notamment à Hong Kong.

 2ème génération : 1932 - 1949  

 Dans les années 1940, sous l'ère communiste, il subit l'influence du modèle soviétique avec des productions et des thématiques étroitement contrôlées par l'Etat. Après les chefs-d'oeuvres muets en noir et blanc, sort en 1946 le premier film en couleurs. La Seconde Guerre mondiale, puis la guerre civile entraînent à nouveau le départ de nombreux artistes vers Hong Kong et Taïwan. Hong Kong devient le centre de la production cinématographique (société de production de la Shaw Brothers). Des films d'arts martiaux très populaires sont produits. Citons quelques réalisateurs : Sun Yu, Fei Mu, Yuan Muzhi.

 3ème génération : 1946 - 1966

Le parti Communiste est au pouvoir. Pendant cette période, les films oscillent entre propagande et gloire, films de guerre, prolétariens... Wang Bing, Xie Jin, Xie Tieli,Zhao Ming et Sang Hu parmi les réalisateurs de cette génération.

Fondée en 1950, l'Académie du cinéma de Pékin, ainsi nommée, ouvre en 1956. Un première promotion n'en sortira qu'en 1982 au vue des événements qui vont secouer le pays. 

 1966 - 1974 : La Révolution culturelle  Le cinéma tombe en désuétude. Mis à part quelques opéras révolutionnaires et films de propagande, rien ne se tourne. Ce sont les films étrangers (Le Vieux fusil, 1975) qui assureront l'audience dans les salles de cinéma.

 4ème génération : 1976 - 1982 

Cette période marque le retour du cinéma chinois après dix ans de rupture. Wu Tianming en donne l'impulsion en tant que chef de file. Un vent nouveau souffle avec l'ouverture de nouveaux studios. Le studio de Shanghaï devient un temple du classissisme conservateur. Les noms de Wu Tianming, Wu Yigong, Zhan Nuanxin, Tong Wenji, marquent cette période. Le premier Festival International du film de Hong Kong est créé en 1976 par le conseil municipal, sa première édition aura lieu en 1977. Certains réalisateurs continueront de tourner pendant la génération suivante.

 5ème génération : 1982 - 1990   Hong-Kong  

Cette génération est celle des réalisateurs diplômés de l'Académie du cinéma de Pékin. Le cinéma amorce un changement radical : on passe du collectif et des histoires de héros, aux sentiments individuels ou à l'intérêt personnel. Il se rapproche d'un cinéma d'auteur. Citons à Taïwan : Hou Hsiao-shien, Edward Yang, de la nouvelle vague taïwanaise, à Hong Kong le succès de Tsui Hark, John Woo, Wong Kar-waï. Pour la Chine continentale, citons : Chen Kaige (Palme d'or en 1992), Zhang Yimou (Lion d'or en 1992), Tian Zhuangzhuang, Ang Lee (Ours d'or en 1993) Les genres cinématographiques se diversifient : gay lesbien, horreur ...

Les événements de la place Tienanmen marquent la fin de cette période florissante.

  6ème génération : à partir de 1989 à nos jours  

 Cette génération de cinéastes, apparue à la suite des événements de 1989, tourne dans la clandestinité, avec peu de moyens, caméra sur l'épaule (depuis l'arrivée des caméras numériques en 1998). Elle traite des questions de société telles que le chômage, la prostitution, la criminalité, la pauvreté ... Les liens entre les différents cinémas en langue chinoise se sont développés depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997.

Depuis 2000, les réalisateurs indépendants portent un regard sur la réalité contemporaine de la Chine, mettant en exergue la diversité géographique, ethnique et culturelle, ainsi que sur les conséquenses d'un capitalisme dévorant. A partir de 2003, cet art, outil de propagande du gouvernement, est maintenant vu comme une industrie. Les cinéastes peuvent parfois négocier pour éviter la censure. Les évènements de Hong Kong vont, semble-t-il, avoir à nouveau des répercussions sur cette activité qui risque, encore une fois, de migrer vers d'autres lieux.



Bandes annonces - Films documentaires

 

 

 

 

 

 

       Behemoth, Zhao Liang, 2015   

  

       Les trois soeurs du Yunnan,

              Wang Bing, 2012 

         

            24 city, Jia Zhang Ke, 2008  

Navigation

Accueil musique.png Accueil cinéma.png

1ère et 2ème générations

Malu Tianshi = Les anges du boulevard

Cassette VHS | Les| Films de l'Atalante. S.l. | 1995


A découvrir

D'autres sélections musique & cinéma

Affiche serviteurs 2.png

Idiomes 2.png

Toutes nos sélections