Vous êtes ici : Accueil / Pratique / Inscription
 

Les rencontres d’après minuit

  Rencontres d'après minuit3site.jpg

                                                              Les rencontres d’après minuit

                          Songe mélancolique et philosophique de Yann Gonzalez  (1h 33 mn, 2013)

Au cœur de la nuit, un jeune couple et leur gouvernante travestie préparent une orgie. Sont attendus La Chienne, La Star, L’Étalon et L’Adolescent.

Ancien journaliste de cinéma à Max et Chronic'art, l'antibois Yann Gonzalez est déjà réputé pour ses courts-métrages atmosphériques quand sort son premier film. Pour le moins surprenant, celui-ci a pour sujet une orgie. Ceux qui en attendraient sexe et turpitudes auront vite fait de déchanter, la comédie érotique qu’il pourrait supposer  faisant place à une suite d’échanges verbaux où les protagonistes partagent rêves et souvenirs. Pas vraiment d’érotisme explicite donc, car pour Yann Gonzalez, il est moins question de filmer le sexe que de laisser au verbe le soin de jouer le rôle du stimulateur mental : « La crudité du verbe me parle davantage que celle de l’image, et ça laisse plus de place à l’imaginaire. »

Dans les Cahiers du Cinéma l’auteur évoque sa volonté de « faire table rase du réel tel qu’on l’entend dans le cinéma français d’aujourd’hui, à savoir l’obsession du quotidien et des faits de société ». Pour le coup, cet ovni sort de nulle part, libéré de toute analyse prédéfinie. Dans son décor hors du monde, avec ses propres règles, Gonzalez ouvre une grande porte vers l'imaginaire, le fantasme, la liberté totale (proche d’un grand récit mythologique à la Perceval le Gallois), ou, au contraire, des réminiscences de nazisploitation (Béatrice Dalle en Ilsa, la louve des SS).

Rencontres d'après minuit 6site.jpg

Qu’il s’agisse des récits effectués par chacun des invités se remémorant leurs souvenirs personnels, sous un angle tantôt féérique tantôt cauchemardesque, ou le « juke-box sensoriel », qui enclenche une musique  en fonction de l’humeur de celui qui pose la main dessus (création de M83 alias Anthony Gonzalez, frère de Yann), tout le film tend vers une fascination pour la mort, mêlée à une délivrance espérée par le sexe.

Le casting réunit des acteurs hétéroclites : Fabienne Babe couche avec le fils de Delon, Alain-Fabien ; Niels Schneider et Kate Moran forment un couple de vampires prédateurs ; Éric Cantona et son appendice indécent deviennent les esclaves de Béatrice Dalle sous le regard lubrique de Jean-Christophe Bouvet ; Julie Brémond assouvit ses pulsions au milieu d’une galerie d’hommes objets… Un personnage est central : la bonne (formidablement interprétée  par Nicolas Maury) qui, par son statut de monsieur-dame et ses vertus socialisatrices, établit le lien entre les personnages.

Les influences cinématographiques sont multiples : Cocteau, Fassbinder, Pasolini, Carax, Robbe-Grillet… Une influence majeure est celle de Jean Rollin dont le cinéma est peuplé de créatures nocturnes, évoluant dans une nuit-monde parallèle, illuminée d’improbables dialogues littéraires hantés par la mélancolie.

 rencontres d'après minuit 8site.jpg

 « La nuit aide les personnages à enlacer leurs propres monstres, leurs propres névroses. Comme dans un film américain classique, oui : à la fin de l’aventure, on a enfin appris à accepter et à libérer ses sentiments. C’est pour ces moments-là que je fais du cinéma. » Yann Gonzalez (extrait de l’interview de Mathieu Macheret pour Universciné : https://www.universcine.com/articles/yann-gonzalez-ce-qui-m-interesse-c-est-l-heterogeneite)

« Yann Gonzalez impose une voie singulière, celle d'une artificialité assumée d'où nait une émotion terrassante. » (Le Monde, 12 novembre 2013).



Coups de coeur documentaires !

ouvrir.jpg

Ouvrir la voix  (Allemagne, 2018) d'Amandine Gay

Le film est centré sur l'expérience de la différence en tant que femme noire...

424098.jpg

Pourquoi nous détestent ils ? (France, 2016) de Julien Jean-Baptiste, Armelle Chahbi, Alexandre Amiel 

Comprendre les mécanismes du racisme à l'encontre des Noirs, Juifs et Musulmans... 

angelas.pngFree Angela (France-Etats Unis, 1995) de Shola Lynch

Symbole de la lutte contre toutes les formes d'oppression...

 Pour aller plus loin

Les précédents coups de coeur

 Retour sur nos coups de coeur.jpg