Ce mois-ci : Le Sport

"Le plus important aux Jeux olympiques n'est pas de gagner mais de participer, car l'important dans la vie ce n'est point le triomphe mais le combat, l'essentiel, ce n'est pas d'avoir vaincu mais de s'être bien battu ". Pierre de Coubertin

coups de coeur

des clubs de lecture

à venir

avis

des lecteurs et des bibliothécaires

  • À son image : roman / Jérôme Ferrari |

    À son image : roman / Jérôme Ferrari Ferrari, Jérôme (1968-....). Auteur

    A SON IMAGE - Jérôme FERRARI 5/5 Ce récit aurait pu s'appeler Requiem puisque la messe que prononce l'oncle et parrain qui est prêtre, rend hommage à sa filleule Antonia qui est décéd... Voir plus Ce récit aurait pu s'appeler Requiem puisque la messe que prononce l'oncle et parrain qui est prêtre, rend hommage à sa filleule Antonia qui est décédée d'un accident de la route à trente huit ans et qu'il avait tenue sur les fonts baptismaux. Chaque chapitre est intitulé d'un des différents mouvements de la messe des obsèques et associée à une photographie puisque Antonia était photographe. La vie d'Antonia était traversée par la guerre, celle du nationalisme corse dans laquelle étaient engagés plusieurs de ses amis et même son compagnon, mais également celle de Yougoslavie qu'elle avait décidé de rejoindre en qualité de journaliste indépendante, lassée des fêtes villageoises, inauguration de campings, commémorations diverses, concours de pétanque. C'est en photographiant les atrocités de la guerre qu'elle prend conscience que toutes les images ne sont pas bonnes à diffuser tant leur appartenance est du domaine de l'intime voire de l'obscène. De retour en Corse, elle décide de se consacrer aux photographies de mariages. Requiem pour Antonia mais réquisitoire implacable contre les guerres "ces sortes de fièvre intermittentes qui restent tapies pendant des périodes de rémission avant de ressurgir et d'emporter de nouvelles victimes". Texte au confluent de l'image, de la mort et de la guerre dans lesquelles va nous entraîner le style d'une rare somptuosité de Jérôme Ferrari malgré la lecture exigeante qu'il requiert. Un texte dur, sans voyeurisme qui élargit la vie d'Antonia à un voyage à travers les guerres du XX siècle et dont on ressort, comme toujours avec cet auteur profondément marqué. Jérôme Ferrari est né en 1968. Il a enseigné à Alger avant de revenir en Corse où il enseigne la philosophie à Ajaccio. Il a obtenu le prix Goncourt en 2012 pour "Le Sermon sur la chute de Rome". Voir moins Christiane - Le 20 juillet 2024 à 09:41
  • Paraphe / Louis Calaferte |

    Paraphe / Louis Calaferte Calaferte, Louis (1928-1994). Auteur

    Paraphe 5/5 Paraphe de Louis Calaferte Résumer ou commenter les textes de Calaferte n’est jamais une entreprise facile hors ses romans. Ici on est dans des réfl... Voir plus Paraphe de Louis Calaferte Résumer ou commenter les textes de Calaferte n’est jamais une entreprise facile hors ses romans. Ici on est dans des réflexions sur le vie, il aborde tous les sujets imaginables avec ce côté passionné, désabusé, colérique qui est le sien , le tout agrémenté d’un humour qui fait passer son profond désespoir. « J’écris pour ne pas me tuer » résume (en partie) l’homme, souvent insaisissable mais toujours génial. Dès lors on suit sa plume au gré de sa fantaisie, des méandres de son cerveau fertile. Les grandes lignes de ses pensées: « Pour passer le temps », l’attente du courrier, les élans mystiques, les conversations idiotes entre gens idiots… « Les femmes », elles ne sont quelque chose que quand elles sont les femmes de quelqu’un et « Pour s’en débarrasser ». « Les souvenirs d’enfance », le chat noyé, des poissons morts sur une table… « Des faits divers et des formules qui impressionnent », au regard de l’éternité… « Expressions poétiques », un bain de jouvence, un bol d’air… «Les grands mythes », le royaume de la justice… « Je me rencontre souvent dans les rues » « Tu t’irises Tu t’irrites Tu tyrannises Tu tires des larmes Tais toi ». « Tout se passe très bien, nous nous ennuyons ensemble depuis 30 ans » Voilà quelques échantillons des pensées de Calaferte, sorte de journal personnel, intime, souvent amer mais sauvé par son humour si particulier. Ce n’est pas un livre à lire d’une traite, il fait le déguster, une page après l’autre, s’en imprégner et rire ou sourire tout seul. Mon texte préféré: « il n’y a rien à envier, rien à espérer, rien à attendre, rien à obtenir. Quand on a compris cela, on cesse de s’agiter et on a une chance d’être un peu serein un jour sur deux ». Voir moins M. LAVEZE Gérard - Le 20 juillet 2024 à 08:37